histoire

Un peu d'histoire...


En 1823: lors d’une crue de l’Allier, les vestiges d’un édifice gallo romain est mis à jour: il s’agirait d’un temple dédié à Jovis (JUPITER) d’où découlerait le nom de Joze. (Selon M. Gonot)

Au Moyen Age, Joze a été partagé en deux. Le chef lieu religieux était à Uriat où se trouvait l’Eglise (Depuis au moins le Xè siècle et jusqu’ à la Révolution). Le chef lieu seigneurial nommé Gelsan, puis Jausan. (le bourg actuel).

De nos jours, la paroisse d’Uriat ainsi que tous ses bâtiments ont disparu. Le château fort de Joze, bâti sur une motte, aménagée par les hommes se situait au milieu du village (en face de la cour d’école actuelle), et fut détruit par un incendie vers 1730. De nombreux souterrains se dispersent dans tous les sens sous le village et aboutissent finalement dans la campagne à 1 ou 2 kms du point de départ. (M. Labonne – «Monographie détaillée de Joze». M. Labonne fut enseignant en 1871).

La châtellenie de Joze a appartenu à la Maison de Montgascon, puis en 1279, à Robert VI comte d’Auvergne par son mariage avec Beatrix de Montgascon. En 1384, Antoine de Montgascon en hérite et le lèguera à sa sœur Marie femme de Bertrand V de la Tour d’Auvergne.

En 1526, naquit Francois de la Tour d’Auvergne qui fut le grand érudit de ces familles évoluées vivant dans l’aisance. Son fils Henri de la Tour d’Auvergne naquit au château de Joze en 1555. Celui-ci fut Maréchal de France, premier duc de Bouillon et était le père de l’immortel héros connu dans l’histoire sous le nom de Turenne. En 1790, Joze et Uriat deviennent commune de Joze et en 1792, Tissonnières est hameau de Joze

 

Informations supplémentaires